Le secret de la manufacture de chaussettes inusables – Annie Barrows

Résumé : 1938, Layla Beck, une jeune citadine fortunée, fille d’un puissant sénateur du Delaware, refuse d’épouser le riche parti que son père a choisi pour elle et se voit contrainte d’accepter un emploi de rédactrice au sein d’une agence gouvernementale. Sa mission : se rendre dans la petite ville de Macedonia, interroger ses habitants hauts en couleur, et rédiger l’histoire de cette ville sur le point de célébrer le cent-cinquantenaire de sa fondation. Elle prend pension chez les Romeyn, des excentriques désargentés, autrefois propriétaires d’une grande fabrique de chaussettes et autres articles de bonneterie – Les Inusables Américaines. Ce même été, Willa Romeyn, douze ans, grande admiratrice de Sherlock Holmes, décide de tourner le dos à l’enfance et d’utiliser ses dons de déduction pour percer les mystères qui semblent entourer sa famille. De question en réponse, de soupçon en révélation, Layla et Willa vont bouleverser le cours des choses, changer profondément et à jamais l’existence de tous les membres de leur petite communauté, et mettre au jour vérités enfouies et blessures mal cicatrisées.

Editions Nil
621 pages
Paru en 2015

Mon avis

Avant de lire ce livre je n’étais pas trop convaincue, je dois admettre que mes seules motivations à la base tenaient à l’auteure, Annie Barrows, et au nom rigolo de ce roman. Mais j’aime les histoires de secrets et les romans historiques alors je me suis lancée dans cette lecture sans plus me poser de questions. Tout se passe durant l’été 1938 dans une petite ville de Virginie occidentale très attachée à son histoire.

Le roman alterne les points de vue entre Layla, l’écrivaine exilée qui est chargée d’écrire  l’histoire de Macédonia, Willa, 12 ans, fouineuse de nature qui cherche à se rapprocher d’un père absent et Jottie, la tante et tutrice de Willa. Dès les premières pages je me suis instantanément attachée au personnage de Jottie à travers le récit de Willa, d’une générosité et d’une simplicité touchante, elle est le véritable socle qui soutient toute sa famille : elle élève ses nièces, offre un refuge à ses sœurs, soigne et nourrit sa famille. Willa est l’autre personnage intéressant de ce roman, c’est une petite fille de 12 ans, incroyablement futée et encore tellement innocente, qui rêve de découvrir les secrets des adultes dans l’espoir de se rapprocher de son père trop souvent absent mais qui n’est pas prête à les entendre. Layla est un personnage beaucoup plus léger, jeune fille pourrie gâtée, qui se découvre une passion pour son travail et les gens de Macédonia, ses lettres à sa famille apportent un côté humoristique bien appréciable à l’histoire.

Outre les 3 narratrices ce roman nous offre toute une galerie de personnages très intéressants, touchants, drôles, inquiétants, … J’ai particulièrement aimé la famille Romeyn : les jumelles et leurs maris (qu’on ne voit malheureusement pas beaucoup), Félix l’aîné de la fratrie et Emmett le benjamin. J’aime beaucoup les histoires de fratrie, les liens que peuvent avoir les frères et sœurs et j’ai trouvé cet aspect très bien développé dans ce livre. On sent que les relations entre frères et sœurs sont très complexes, on comprend à la fin tout l’amour et la loyauté qu’ils se portent mais aussi à quel point ça peut être difficile.

Cette histoire m’a vraiment tenue en haleine, je ne pouvais pas le lâcher et pourtant les secrets n’ont rien d’extravagant, il n’y avait pas vraiment de suspense puisqu’on se doutait très vite des secrets dont il était question mais rien n’est vraiment dit avant la toute fin et l’ambiance dans la maison familiale est de plus en plus pesante à mesure que Willa se rapproche de la vérité. Le plus intéressant je pense que ce ne sont pas les secrets mais les personnages, comment ils réagissent pour garder leurs secrets où lorsqu’ils sont dévoilés, comment ils évoluent tout au long de l’histoire et comment la vérité les affectent. C’est vraiment ce que j’ai aimé lire et j’ai adoré ces personnages surtout nos 3 narratrices qui sont des femmes fortes, courageuses, qui refusent bien souvent de se plier à ce que l’on attend d’elles, c’était un vrai plaisir de les lire et de les découvrir.


ma note

Vous le savez maintenant j’adore les histoires avec des personnages forts et bien écrits alors vous ne serez pas surpris de ma note. J’ai adoré ces personnages, c’est une histoire très humaine, les secrets ne sont là que pour nous faire comprendre la difficulté et la beauté des liens familiaux et fraternels. les 3 narratrices sont des femmes fortes et cela fait plaisir de lire un roman raconté uniquement par des femmes et encore plus par des femmes aussi admirables.

lavande 4.5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s